• Taille du texte
  • Contraste

Cyber risques : un marché en devenir

Selon un baromètre de la Fédération Française de l’Assurance (FFA), la menace la plus redoutée par les acteurs du secteur est le risque cyber[1]. Parallèlement, le marché mondial de la cyber assurance est en constante progression et devrait peser 7,5 Mds de $ de primes en 2020 (contre 3 à 3,5 Mds de $ en 2017), voire 20 Mds de $ à horizon 2025. Une menace devenue synonyme d’opportunités et de croissance.

Cyber risques : un marché en devenir

Qu’est-ce qu’une cyber-attaque ? 

Lorsque le service informatique d’un particulier, d’une administration ou d’une entreprise (ordinateur, serveur, appareils communicants ou équipements périphériques) est atteint par un utilisateur externe malveillant, il s’agit d’une cyber-attaque.

4 grands types de cyber risques ont été identifiés par le gouvernement français :

  • Cybercriminalité : obtention, exploitation, revente de données privées. On parle d’hameçonnage (phishing) et de rançongiciel (ransomware).
  • Atteinte à l’image : modification de l’apparence d’un site, réutilisation de son contenu, exploitation d’une vulnérabilité logicielle. On parle d’attaque par déni de service (ddos) ou par défiguration (defacement)
  • Espionnage : infiltration et vol de données, usurpation d’identité, contamination. On parle d’attaque par point d’eau (watering hole) ou par hameçonnage ciblé (spearphishing)
  • Sabotage : destruction de tout ou partie d’un système informatique

 

CyberAssurance : un marché porteur, qui s’ouvre aux TPE-PME et ETI

En 2016, les souscriptions pour risque cyber étaient quasiment inexistantes en France, mais leur essor s’est accéléré chez les grandes entreprises. Aujourd’hui, le taux de couverture des acteurs du CAC 40 avoisine les 70 % et le taux de pénétration global sur ce segment est en augmentation.

Du côté des PME, le marché est beaucoup moins mature, le taux de couverture diminuant proportionnellement avec la taille de l’entreprise. Ainsi, les TPE-PME et ETI ne seraient que 5 % à être couvertes par une assurance cyber. En cause : leur moindre exposition/sensibilité au risque numérique et le coût financier initialement hors de portée des cyber polices pour les petits acteurs.

Ce segment, qui représente un vaste marché à la fois en volume et en valeur, connaît toutefois la plus forte progression aujourd’hui. Des offres de cyber assurance adaptées en termes de tarifs et de niveau de garanties commencent à voir le jour afin de gagner l’intérêt des professionnels et de leur proposer une couverture accessible.

CAA se positionne sur le risque cyber auprès des Professionnels

Le Groupe Crédit Agricole s’intéresse de près à ce nouveau marché. En tant que bancassureur disposant d’un important taux de pénétration bancaire auprès des TPE et PME en France, le positionnement sur les couvertures cyber permet de répondre à des préoccupations croissantes de nos clients tout en sécurisant davantage leurs engagements bancaires en diminuant les risques d’interruption d’activité.

Les professionnels de santé sont de plus en plus sensibilisés aux enjeux de protection des données santé de leurs patients. Pour cette raison, une garantie « Cyber-risque » a été intégrée à l’offre Multirisque Professionnelle de la Médicale en 2017.

Pacifica commercialise une offre complète à destination des TPE/PME. Intitulée « Cyber Protection », cette assurance qui permet aux professionnels d’obtenir une assistance dans la gestion de crise (7j/7-24h/24), une responsabilité civile en cas de dommages causés aux tiers, une indemnisation des dommages subis par l’entreprise ainsi qu’une prise en charge de la perte d’exploitation en cas d’arrêt de l’activité suite à une cyber-attaque (en option).

Vers un développement à l’international

La cyber assurance constitue un axe de développement dans un marché de plus en plus concurrentiel. Sur le plan international, le marché français est évalué à environ 50 M€[2] au sein d’un marché européen qui totalise 300 M€ de primes annuelles. Le marché américain concentre quant à lui, une très grande partie de ce marché avec 4 Mds€ de primes[3] et près d’un quart de ses entreprises couvertes.

 

[1] Premier baromètre des risques émergents pour l’assurance – FFA – Février 2018
[2] Argus de l’Assurance, 7 février 2018
[3] News-Assurances Pro, 2 février 2018, Grands risques : 2018, l’année de la cyber assurance ?

X
Vous avez déjà le maximum de raccourcis

Gérer mes accès rapides