• Taille du texte
  • Contraste

L’illettrisme, un fléau alarmant mais pas une fatalité

Loin d’être un phénomène marginal, l’illettrisme touche 2,5 millions de personnes en France, soit 7% de la population âgée de 18 à 65 ans selon les statistiques de l’Agence Nationale contre l’Illettrisme. À la différence de l’analphabétisme qui concerne des populations jamais scolarisées, on parle d’illettrisme pour des personnes qui ont fréquenté l’école mais insuffisamment pour maîtriser la lecture, l’écriture ou le calcul. Ces lacunes s’aggravent par la suite pour devenir un véritable handicap social et professionnel, souvent entouré d’un tabou qui plonge ces victimes dans le désarroi.

L’illettrisme, un fléau alarmant mais pas une fatalité

Sont particulièrement concernés, selon une récente enquête CSA, les secteurs de l’entretien et du nettoyage, où 67 % des organisations ont déjà été confrontées à des difficultés d’écriture ou de lecture chez un employé, ainsi que les services à la personne (60 %). Mais aucun secteur n’est épargné par ce fléau puisqu’une organisation sur deux est touchée par l’illettrisme en France, ce qui se traduit notamment par des difficultés de compréhension des consignes, augmentant de facto les risques professionnels physiques et psychologiques.

La mobilisation de CAA

Pour endiguer l’ampleur de ce phénomène, l’association #STOPILLETTRISME a été créée en 2013 afin de lutter contre l’illettrisme en milieu professionnel et promouvoir ainsi l’accès de tous les salariés à la lecture, à l’écriture et aux compétences de base. L’association, qui regroupe aujourd’hui un réseau d’entreprises très engagées, a mis en place un dispositif innovant de tutorat réalisé par des salariés bénévoles qui accompagnent les personnes illettrées dans leur parcours de formation et améliorent ainsi leurs chances de réussite. Dans le cadre d’un partenariat signé avec l’association #STOPILLETTRISME, Crédit Agricole Assurances déploie cette démarche depuis 2017 au profit des salariés de son prestataire de nettoyage GSF. Pendant dix mois, les collaborateurs bénévoles vont ainsi accompagner les employés en complément d’une formation certifiante destinée à parfaire leur maîtrise de la langue française. Les tuteurs ont pour rôle d’apporter un soutien complémentaire et personnalisé aux personnels de nettoyage en formation.

A ce jour, une quarantaine de collaborateurs se sont portés volontaires pour être tuteurs et une quinzaine de salariés de GSF ont bénéficié du programme.

Lire également :

Autres article de la chaîne

X
Vous avez déjà le maximum de raccourcis

Gérer mes accès rapides