Actualités

11 octobre 2017
Qui a dit que les femmes ne savaient pas gérer leur argent ?

Depuis 1965, les Françaises peuvent gérer leurs biens, et notamment ouvrir un compte en banque, sans l'autorisation de leur mari. Ceci n'est qu'un jalon. D'autres lois seront votées par la suite qui permettront enfin aux femmes de gérer leur patrimoine sans entrave. Comme pour la question du droit de vote en son temps, il est intéressant de se demander si les femmes ont adopté le même mode de gestion que les hommes ou si au contraire, elles ont des attentes spécifiques.

Une société de sondage a interrogé récemment des Françaises vivant au sein d’un foyer dont le revenu annuel brut est supérieur à 45.000 € et/ou détenant un niveau de patrimoine financier, immobilier inclus, supérieur à 450.000 €.

  • 85% des femmes déclarent être décisionnaires dans les choix financiers ou patrimoniaux de leur couple,
  • 43% d’entre elles s’en occupent de concert avec leur conjoint,
  • 42% des sondées affirment être le seul décisionnaire final.

Et, elles savent ce qu’elles veulent. Les femmes expriment assez nettement un besoin de sécurité. Elles intègrent la présence des enfants dans la construction de leur patrimoine. Et, elles veulent être utiles.

Cela se traduit en particulier par une préférence pour les placements « peu risqués » et pour une dose de supports alternatifs (ISR, microfinance, philanthropie).

Comme les hommes, elles accordent d’ailleurs une place primordiale à l’acquisition de la résidence principale. La femme est l’alliée financier de son conjoint et inversement. La vie en couple accroît d’ailleurs le niveau de vie des membres du ménage, ainsi que sa capacité d’épargne.

L’accès progressif aux conseils d’administration, la montée des entrepreneuses et la réduction des écarts de salaire avec les hommes font des femmes une cible à part entière pour les distributeurs de produits et services financiers.

Au fil du temps, le conseiller financier peut tisser des liens très forts avec sa cliente. Il faut pour cela de l’écoute. Outre les aspects financiers, ses services peuvent aussi être plus globaux, comme le choix d’un contrat de mariage. Mais, comme pour les hommes, la confiance repose aussi au final sur la performance.