Actualités

06 mars 2017
Reverse mentoring : comment les jeunes générations forment leurs managers au digital ?

Le reverse mentoring, ou « mentorat inversé », est un outil de formation des managers et dirigeants aux outils et codes du digital par de jeunes salariés. Mais ses conséquences vont bien au-delà car il transforme également la culture managériale en favorisant les échanges intergénérationnels en entreprise.

Les jeunes issus de la génération Y*, qui ont grandi dans un environnement numérique et qui investissent le monde du travail, constituent une véritable opportunité pour les programmes de reverse mentoring. Ces jeunes salariés peuvent en effet devenir les mentors des dirigeants de leur entreprise afin de les former aux outils numériques et de les aider à appréhender le monde digital et ses enjeux pour l’entreprise.


La mise en place d’un programme de reverse mentoring permet de favoriser les échanges entre les générations et d’atténuer d’éventuels clivages. Cela peut conduire à une évolution des rapports hiérarchiques et à la mise en place de nouveaux modes de collaboration grâce à une meilleure compréhension de la manière de fonctionner des plus jeunes et de leurs leviers de motivation. Par ailleurs, l’implication de jeunes talents permet d’accompagner la transformation numérique de l’entreprise en faisant émerger de nouvelles idées qui peuvent conduire à repenser le business model de l’entreprise ou à optimiser son fonctionnement pour une meilleure performance globale de l’entreprise.

Les facteurs de réussite d’un programme de reverse mentoring
Chaque jeune mentor est soigneusement sélectionné. Il est formé en amont afin de transmettre son savoir sur les outils numériques, grâce à la création de supports adaptés et à une formation de quelques jours à la pédagogie. Le mentor est ainsi en mesure d’identifier et de comprendre les besoins des personnes qu'il va former en fonction de leur familiarité avec le monde digital afin de fixer des objectifs précis au mentorat. L’enjeu est de permettre que s’établisse une relation de qualité et de confiance entre le manager et son mentor. A bien des égards, le reverse mentoring remet en cause, au moins partiellement, la culture managériale fondée sur la structure hiérarchique pyramidale et la détention du savoir par le manager.

Sources : Les Echos (5 octobre 2015 et 25 mai 2016) - My RH Line (3 juin 2016) – Capital (8 septembre 2016) – Le Nouvel Economiste (16 septembre 2015)

* La génération Y ou « Millenials » est née entre 1980 et la première moitié des années1990. Cette génération constituera 50 % des effectifs au travail en 2020.